Des intérimaires témoignent

par | 2 Fév 2021 | Intérim | 0 commentaires

Source originale de l’article rue89strasbourg

Des témoignages de détresse, l’évocation du suicide

Selon Camille Véga, directeur de la Fédération du Bas-Rhin du Secours Populaire, de nombreux intérimaires, qui n’étaient jamais venus avant la crise sanitaire, font désormais appel aux aides alimentaires et financières de l’association. Un constat auquel abonde Fabienne Stoquert, responsable syndicale pour le Grand-Est d’Unsa Manpower, une entreprise de travail temporaire. Elle a recueilli de nombreux témoignages de détresse psychologique dans son entreprise, « à cause de la pression due aux problèmes d’argent ». Certains ont évoqué le suicide. Au cours des 6 derniers mois, la déléguée du personnel a orienté « une cinquantaine de personnes » vers les aides alimentaires de la FASTT, une plateforme d’aide sociale destinée aux intérimaires.

La note de conjoncture de l’Insee du 17 novembre documente une diminution du volume de travail rémunéré par les entreprises à cause de la baisse de l’activité économique globale. « Mécaniquement, les travailleurs temporaires sont mis au chômage quand il y a moins de boulot à effectuer, » explique Fabienne Stoquert :

« Beaucoup d’usines fonctionnent en permanence avec des intérimaires pour ajuster finement le nombre de salariés, selon la production nécessaire, sans avoir à licencier. Dans cette logique d’optimisation, nous sommes des variables d’ajustement. Notre statut est intéressant justement parce qu’il est facile de se débarrasser de nous. Il suffit de ne pas renouveler et de ne plus proposer de contrats d’intérim, pas besoin de licenciement. Dans les secteurs à l’arrêt ou en baisse d’activité, la crise met cette réalité en évidence. »

All rights reserved UNSA Manpower - 2021

Logo Unsa Manpower